Marmiton : Success story d'une communauté en conversation

Il y a encore peu, les autorités en cuisine se partageaient en deux groupes, le plus souvent positionnés l’un en face de l’autre, plutôt qu’à côté :

– Les grands chefs toqués et ceux qui estiment que, sans 10 épices à portée de main et du matériel haut de gamme, on ne peut cuisiner sérieusement,
– Ceux (celles), pragmatiques, qui ont toujours à l’esprit cette angoissante question « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? »…

Les livres de recettes, la presse et les émissions culinaires suivaient cette segmentation…

Fin 1999, une bande de développeurs informatiques s’ennuyant dans la gestion de leurs projets, décide de se divertir autour de sa passion, la cuisine.
Ils lancent Marmiton.org avec, au-delà d’un méga moteur de recherche, une seule idée directrice : le partage…

Positionné comme une vitrine de savoir-faire, le site s’approprie très vite sur la Toile un créneau où, curieusement, la presse culinaire n’est pas présente : celui d’une communauté de contributeurs(trices) et utilisateurs(trices) (souvent les mêmes).
Et ça marche ! A l’instant, le site regroupe 68.965 recettes, assorties de 634.025 commentaires et 6.965 questions…

Tous les ingrédients d’une bonne conversation, dans la bienveillance et la simplicité, sont présents. La recette comprend… :
– des remerciements (« j’ai même épaté ma belle-mère, c’est dire ! »),
– de la réassurance (« si vous n’avez pas de petits pois, les haricots verts peuvent être pas mal aussi »),
– des enrichissements (« 100 gr de beurre ? essayez 150 gr, c’est encore mieux ! »),
– des explications (une rubrique pour les débutants),
– et une dose de segmentation (marmikid pour les enfants, lancé en 2006 après le rachat par Auféminin.com)

 

Désormais entre les mains du géant allemand de la presse Axel Springer, le site devenu une « marque » référente, présente tant sur les réseaux sociaux que chez les marchands de journaux.

 

 

Toujours à l’écoute de ses parties prenantes, toujours dans cet esprit conversationnel, elle n’a cessé d’innover pour :

– Faire progresser ses visiteurs : lancement de vidéos de techniques culinaires (2007),
– Les amuser : la fonctionnalité ludique de l’appli iPhone qui en secouant, sélectionne une recette au hasard (2009),
Diversifier ses cibles : lancement d’un magazine pour leur dixième anniversaire (2010), au départ imaginé en One Shot mais qui depuis, est devenu trimestriel, puis bimestriel, et qui, pour la seconde année consécutive, vient de s’octroyer la première place en audience de sa catégorie (5.113.000 lecteurs, classement APCM avril 2017). Au départ lancé sur le principe de l’interprétation par des grands chefs des recettes les plus consultées sur le site, il est ensuite revenu à sa recette phare : le « user-generated content », permettant de diffuser les contenus au-delà du digital.
Écouter leurs avis : tests de produits
– Les informer : création d’une rubrique de tendances culinaires dès 2006, dossiers nutritionnels…
– Les accompagner pour les valoriser : rubrique « Plein la vue » pour « impressionner sans se louper »
– Les conseiller dans leurs choix de restaurants, food trucks…
– Les rencontrer dans des Journées Marmiton, mises en stand by actuellement.

Le succès est pérenne : en 2016, le site se classait à la vingtième place des sites les plus visités en France et en mars dernier, 6.576.000 visiteurs uniques l’avaient consulté en mobilité… (source Médiamétrie / Net Ratings)

Je ne peux qu’applaudir aux dires précurseurs (décembre 2010) de Christophe Duhamel, co-fondateur toujours aux manettes :

« C’est l’humain qui fait le succès (…) : la qualité humaine que l’on retrouve dans l’équipe tout comme le respect que nous avons pour nos internautes. Il faut aimer les gens pour faire un site de contenu grand public, a fortiori un site communautaire. »

Et j’ajouterais : « conversationnel… »

Découvrez votre niveau de conversation (en cliquant ici)

Suivez-nous et partagez